Un air de France

Cela a été comme une évidence. En cette soirée de début septembre, au milieu d’une salle obscure, devant le film de Catherine Corsini.
Cela a été comme une évidence comme avait pu l’être notre rencontre un gris midi de janvier.
Ses lettres m’avaient plu, son enveloppe me séduisait.
Ses yeux allaient oblitérer toute notre relation….. Son regard, la fente ouverte sur son âme…
Loin des yeux, je la perdis l’été advenu…
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s