L’énigme

Le Sphinx? Je n’ai pas tout de suite compris l’allusion au temps qui passe que m’a assénée la plus jeune de mes filles à notre retour d’Alsace.
Trente ans de moto, été comme hiver, pur et dur, malgré la pluie, la grêle, la neige heureusement quasi-inexistante sur le littoral où je vis. J’ai organisé pas mal de choses autour de cette passion.
Au fil des années, j’ai vu des amis de virées se ranger des bécanes, à la première naissance, au premier carton, au passage de la quarantaine. Deux n’ont pas eu le temps d’y songer. Un mauvais virage, une vitesse excessive… J’avais toutes les mauvaises raisons pour me croire à l’abri. Mais j’ai fini par être rattrapé par l’âge, les réflexes amoindris, la souplesse rigidifiante pour arriver un jour avec la moto couchée, moi un peu plus loin, l’honneur plus râpé que mon pantalon, fidèle compagnon encore intact après toutes ces années, seulement un peu plus serré que lorsque Michelle me l’a offert.
Ma moto a souffert mais est réparable. La décision de raccrocher le casque fait son chemin tandis qu’elle est confiée aux bons soins de Patrick, le mécano qui l’a toujours soignée aux petits oignons.
J’en connais qui sont passés aux petits cabriolets, Jean m’a souvent amené à bord de sa vieille Spitfire mais, au ras du bitume, une casquette bien visée sur la tête, je ne me suis pas senti à l’aise. Ce n’est pas maintenant que je vais m’embarquer avec un cabriolet aux allures de luge voire, pire, avec un des ces machins à toit en dur, le cul entre deux chaises, une roue dedans, une roue dehors.
Je ne peux plus me permettre les deux roues, je ne vais pas doubler la mise tout de suite. C’est ce que je me suis dit en regardant le CAN-AM exposé un peu à l’écart dans le show-room le jour où je suis venu récupérer ma moto. Patrick me jette un coup d’œil étonné lorsque je lui demande de l’essayer. Mais il prend son casque et m’invite à monter derrière lui, c’est lui qui conduit sur les premiers kilomètres avant de me confier le guidon, une fois sur des routes moins fréquentées, ces petites routes que j’affectionne et prends régulièrement, pour le plaisir des kilomètres au fil du vent.
Ma moto n’est jamais revenue chez moi et c’est sur mon CAN-AM que je sillonne désormais les routes, plus en solitaire qu’avant car, si je suis bien retourné voir mes potes pour les sorties en groupe, je ne me suis pas senti à l’aise, malgré également la présence de Claudie derrière moi. Elle m’accompagne maintenant que l’équilibre lui paraît bien assuré, confortablement calée derrière moi.
Mais, après l’attrait de la nouveauté, les kilomètres avalés avec moins de fatigue pour aller voir les uns et les autres, pour le plaisir, pour le partage, je me rends compte qu’il me manque quelque chose, le motard grégaire que je suis souffre de l’isolement d’avoir choisi la troisième voie, la troisième roue. Est-ce de l’orgueil déplacé? Ne serait-il pas plus simple de passer à quatre roues? De rejoindre le club de Jean?
Le déclic est venu à la fin de l’été, lors d’un périple en Alsace, l’occasion de revoir le frère de Claudie, de refaire le stock de la cave en prévoyant la livraison de quelques caisses de bouteilles. En moto, on voyage léger, en CAN-AM idem. Les trikes garés sur le parking proposent une autre voie… Ils sont venus en petit groupe, d’Auvergne avec les coffres derrière le passager voire la petite remorque. Le courant passe vite et bien, Claudie discute bien aussi, s’intéresse. Je la surprends à prendre des notes sur son calepin, des adresses. On fait un tour, nous sur leur trike, eux sur notre machin.
Une fois rentrés, je préviens Jean qu’il ne me cherche plus de petit cabriolet anglais, je reste sur trois roues, n’en déplaise à ma fille, son sourire goguenard et sa théorie de l’évolution….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s