La main dans le ruisseau

Parmi les myriades de photographies auxquelles donne accès Internet, celles de la Bibliothèque du Congrès américain constituent un gisement de pépites, le plus souvent téléchargeables en haute-définition, tel que le fameux Migrant Mother de Dorothea Lange que j’avais beaucoup aimé à l’exposition The Bitter Years, visible au Wasserturm de Dudelange (G.D. de Luxembourg).

Des mains usées

 Cette photo de mains usées par les travaux des champs m’interpellent. Pour ce qu’elles révèlent de la vie de la personne photographiée, pour le lien avec mon projet de photographier les mains, seules, liées, en situation. L’idée n’est donc pas neuve, je n’en doutais pas. Il me faut juste trouver ma voie, plonger ma main dans le ruisseau et remonter ce que je cherche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s