Bad memories, lettre morte

J’avais sous-estimé la loyauté des femmes en amitié. Mettre Claire dans mon lit pour la blesser, Elle, était une chimère, un fantasme tout juste bon pour exécuter un concerto de la main droite. De fait, en ces jours funestes d’une déjà lointaine Toussaint, cette idée n’avait servi qu’à cela, à me distraire d’Elle, de Son joli petit cul, de Son sourire moqueur et de Ses yeux dans lesquels j’aimais me plonger, en me branlant en imaginant Claire, sa poitrine opulente, l’ampleur de son cul, ses lèvres gourmandes et ses « yeux puant le sexe », s’empalant sur mon vit.
« Puant le sexe », l’expression venait d’Elle, d’une de ces conversations où Elle parlait de ses amis, comme on ferait l’article d’une réception à laquelle son interlocuteur n’aurait pas été convié… Des gens biens, formidables, qui brûlaient de me rencontrer… mais non…
Elle réprouvait donc, en oubliant les débuts tonitruants de notre relation sur le cuir de mon canapé, sa petite robe vite enlevée, ses regards portés sur mon entre-jambe que j’avais interceptés dans les miroirs d’une œuvre d’art contemporain au Mudam… Quoiqu’il en soit, on ne débine pas ainsi, cela aurait dû m’alerter, me faire quitter le ring? Peut-être. Mais j’ai trop kiffé sa peau pendant ces semaines-là pour avoir pu songer à abandonner la partie.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s