Cœur de palmier

C’est terminé. Pour ce matin. J’ai ramassé avec l’épuisette les dernières feuilles du bassin. Chaque matin, avant que les premiers touristes ne se rendent au restaurant pour y prendre leur petit-déjeuner, je fais équipe avec Paul pour que le décor soit fidèle aux photos du catalogue.

Hier soir, après le dîner servi dans les quatre restaurants du complexe hôtelier, il a fallu aller ramasser dans le bassin les gobelets poussés là par le vent ou des gamins désœuvrés. Mais, pour l’instant, ce n’est que le début de la saison, les palmiers font bonne figure. Heureusement, les gens ne voient pas ce que l’on retrouve dans les filtres, dans les recoins, au pied des arbres…

Mais, j’en ai fini pour ce matin. Tout à l’heure, j’endosserai ma tenue de barman pour préparer les cafés et les cocktails dans la cahute au milieu des transats, inondée du vacarme des toboggans et de la sono des cours d’aquagym. Le jogger qui m’a dit bonjour ce matin alors que j’arrosais les palmiers me reconnaîtra-t-il quand il viendra chercher une glace pour ses enfants? Non, bien sûr. Cette froideur me choquait l’année dernière, au début. Puis, je me suis habitué à être transparent, à ne pas dépasser du décor. A être aussi lisse que la surface du bassin. Dans mon contrat, je n’ai pas droit aux éclaboussures.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s